Pension alimentaire : Update

PENSION ALIMENTAIRE Blog Mbb

Hey on est vendredi! Donc voici un post pour prendre soin de son argent et sur le thème de la famille en même temps pour rattraper un peu ma flemmingite aigüe. 🥱

Aujourd’hui nous allons parler de la pension alimentaire ou plus précisément de la Contribution à l’Entretien et l’Education des Enfants (CEEE), parce que s’il était nécessaire de le rappeler les enfants ne font pas que manger… ils portent des vêtements, font du sport et sont même invité.e.s à des anniversaires 💀 (un gouffre financier ces cadeaux disons-le nous!!).

Le couple qui se sépare c’est une histoire d’adultes qui n’a rien d’exceptionnel, par contre la charge de l’enfant n’a pas à devenir la responsabilité d’une seule et unique personne. L’une des aberrations du système français est que la personne qui perçoit la pension alimentaire est à la merci du bon vouloir de celle qui verse la pension, sachant que + de 80% des familles monoparentales sont tenues par une femme et qui dans la majorité des cas a un revenu inférieur à son compagnon/conjoint. En cas de non-versement, c’est relance sur relance pire qu’un opérateur qui veut te faire utiliser ton CPF.

Certaines abandonnent, d’autres passent par l’intermédiation financière via l’ARIPA (Agence Recouvrement et d’Intermédiation des Pensions Alimentaires). D’ailleurs j’en parle dans mon livre mais je vais devoir mettre à jour cette partie car depuis le 1er mars les choses changent! ⚠️

L’intermédiation financière devient automatique pour tous les jugements de divorces avec enfants et la mesure sera étendue aux autres types de séparations le 1er janvier 2023. 🥳
Une charge mentale en moins pour les parents qui doivent s’occuper de leur.s enfant.s seul.e.s au quotidien. Cette organisation est – au final – avantageuse pour chaque partie, puisque les montants sont prélevés chaque mois, à la même date, il y a une preuve de paiement, tout est clean et on n’est même pas obligés de se parler! Bien sûr, cette mesure n’est pas applicable si les 2 parents estiment que l’intermédiation n’est pas nécessaire. 🤝D’ailleurs en 2020, 12 % des enfants dont les parents sont séparés vivent en résidence alternée (source: INSEE) et cette part augmente d’année en année.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook

Laisser un commentaire